- Mission
              - Historique
              - Fonctionnement

              - Pour nous joindre
              - L'équipe
              - Conseil d'administration

              - Liste des membres réguliers
              - Liste des membres associés
              - Obligations des membres
              - Adhésion


              - Comité Analyse politique                 CDC/GASP
              - Comité Itinérance
              - Comité Journée Internationale                 pour l'élimination de la                 pauvreté
              - Comité Logis-études
              - Comité Nuit des sans-abri
              - Comité Sécurité alimentaire
              - Groupe Actions                 Logement- Habitation
              - Groupe Action en Matière                 d'éducation
              - Comités et regroupements                 dont le GASP est membre

              - Journée Internationale pour                 l'élimination de la pauvreté
              - Nuit des sans-abri

              - Campagne "Des valeurs qui                 me tiennent à cœur"
              - En dents de si
              - Jardinons nos balcons
              - Jeu de cartes
              - Projet respect-assiduité

              - Promotion sécurité-                 alimentaire


  Journée Internationale pour l’élimination de la pauvreté

POWERPOINT PRÉSENTÉ LE 17 OCTOBRE 2013

Le 17 octobre 1987, à l’appel du Père Joseph Wresinski, 100 000 défenseurs des Droits de l’Homme se sont rassemblés sur le Parvis du Trocadéro, à Paris, pour rendre honneur aux victimes de la faim, de la violence et de l’ignorance, pour dire leur refus de la misère et appeler l’humanité à s’unir pour faire respecter les Droits de l’Homme. Ils ont affirmé leur conviction que la misère n’est pas fatale. Ils ont proclamé leur solidarité avec ceux qui luttent à travers le monde pour la détruire.

Ils ont dévoilé une dalle installée sur le Parvis des Droits de l’Homme et des Libertés, là où fut signée, en 1948, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui dit :

"Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les Droits de l'Homme sont violés. S'unir pour les faire respecter est un devoir sacré."

Les 100 000 personnes présentes étaient des citoyens de toutes origines, de tous milieux et de toutes croyances. Certains représentaient de hautes autorités publiques, internationales, nationales ou locales. D’autres étaient des personnes et des familles vivant elles-mêmes dans la grande pauvreté et y résistant quotidiennement. "Ce n’est pas tellement de nourriture, de vêtements qu’avaient besoin tous ces gens, mais de dignité, de ne plus dépendre du bon vouloir des autres."

Depuis cette date, le 17 octobre de chaque année, les plus pauvres et tous ceux qui refusent la misère et l’exclusion se rassemblent dans le monde entier afin de témoigner de leur solidarité et de leur engagement pour que la dignité et la liberté de tous soient respectées : ainsi est née la Journée Mondiale du Refus de la Misère.
 
Le GASP organise un événement dans le cadre de cette journée depuis 12 ans. De 2008 à 2011, le comité organisateur offrait un repas à moindre coût pour rejoindre la population.

Pour en savoir plus sur l'activité 2011, cilquez sur les liens suivants :  Article paru dans Le Plus, 12 octobre 2011
Article paru dans la Voix de l'Est, le 22 octobre 2011


 
Activités du 17 octobre 2012
 
1) Marche pour l'élimination de la pauvreté 
 

En 2012, le comité a décidé de renouveler la formule afin de rejoindre davantage la population de la Haute-Yamaska.


La marche pour l'élimination de la pauvreté du 17 octobre 2012 a rassemblé plus de 225 entre 15h30 et 17h pour dénoncer la pauvreté et l’exclusion. Sous forme de marche créative. Cela témoigne de la préoccupation de la population de notre région à l’égard de la situation de pauvreté vécue par beaucoup de gens.

L’attachée politique de M. Réjean Genest, Mme Nancy Whissel, l’attachée politique de M. François Bonnardel, Mme Katia Rouleau, la conseillère municipale, Mme Louise Brodeur-Commeau ainsi que le maire de Saint-Joachim, M. René Beauregard ont pris part à la marche. Le maire de Granby, M. Richard Goulet était présent pour accueillir les participants en fin de marche. Cette activité fût une opportunité unique pour la population d’émettre le besoin urgent d’agir afin d’améliorer les conditions de vie des personnes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale. Sous la mise en scène et la chorégraphie de l’école Tendanse  et de la musique originale du duo Led Motive, une activité de danse surprise (flashmob) a suscité l’intérêt de la population devant l’Église Sainte-Famille. Le texte de la trame sonore suggérait à la population et aux décideurs de s’éveiller à la situation de pauvreté : « Réveiller des consciences, transformer les tendances, il est temps de se réveiller, combattre la pauvreté ». Cette activité a permis de rassembler plus de gens mais aussi d’ajouter une touche conviviale à l’intérieur d’une action dont le message peut être difficile à entendre pour plusieurs.

Visionnez le vidéoclip du « flashmob » intitulé « Tendance à l'indifférence » ici.

De nombreuses affiches ont été produites sur le thème de la signalisation routière autant par des personnes vivant la pauvreté, que par des jeunes de l’école l’Envolée et des représentant du milieu communautaires.  Ainsi, les panneaux de signalisation routière ont été revus et modifiés afin de dénoncer la pauvreté et proposer de nouvelles règles que  nous devrions collectivement suivre pour nous conduire vers l’éradication de la pauvreté et l’exclusion sociale. On pouvait y lire : «Un accident de parcours ne doit pas nous exclure pour toujours», «10 500 pauvres en Haute-Yamaska», «Stop aux inégalités sociale», etc. Devant le succès de la marche, la formule de la marche sera fort probablement reconduite l’année prochaine avec une nouvelle activité artistique surprise.

Nous aimerions remercier chaleureusement nos partenaires qui ont participé à l’organisation, à la promotion et au financement de cette activité, soit le bureau du député M. François Bonnardel, l’Atelier 19, l’Atelier de la clé de Sy, Le Prohon, Eutektic, la Ville de Granby, l’école de danse Tendanse, le service de Police de Granby, les Cuisines Collectives de la Montérégie, le Partage Notre-Dame, le duo Led Motive et Richard Bouffard, l’école l’Envolée, le Collectif de défense des droits de la Montérégie, Épilepsie Granby, Luc Genest de Justice Alternative et médiation et l’Église Sainte-Famille. Nous tenons également à remercier le comité organisateur du 17 octobre ainsi que toutes les organisations et personnes impliquées dans le processus d’organisation et lors de l’activité.


Membres du Comité 17 octobre

• Roxana Cledon, Centre de santé et de services sociaux de la Haute-Yamaska
• Sylvain Dupont et Aline Fredette, Corporation de développement communautaire de la Haute-Yamaska
• Ginette Gauthier, Cuisines collectives de la Montérégie
• Julie Rivet, L’AZimut
• Josée Stébenne, Entr’elles
• Kim Verreault, Justice alternative et médiation
• Nicolas Luppens et Chantal Beaulieu, Groupe actions solutions pauvreté (GASP)

Contact :
Nicolas Luppens
Coordonnateur
Groupe Actions Solutions Pauvreté (GASP)
279 rue Principale, local 311
(450) 378-0990, gaspauvret@yahoo.ca


Articles sur la marche créative pour l'élimination de la pauvreté 2012 :

Une marche contre la pauvreté fort courue, dans l'Express, 24 octobre 2012

Granby marche contre la pauvreté, dans Le Plus, 18 octobre 2012
Photo de l'article ici

DOSSIER PAUVRETÉ
Une détérioration de la situation

Le GASP rappelle que la situation de la pauvreté est loin d’être réglée au Québec et dans notre région. Nous avons plus que jamais besoin d’une vision globale afin d’offrir des réponses concrètes à la détérioration des conditions de vie des moins nantis, mais aussi de la classe moyenne dont beaucoup se retrouvent face à des difficultés budgétaires. Dans la foulée d’une telle vision, il est nécessaire pour les personnes vivant en contexte de pauvreté de pouvoir couvrir leurs besoins de base avant de songer à une sortie de leur situation. Un accompagnement plus flexible et adapté aux besoins des personnes exclues socialement ou appauvries doit également être davantage valorisé. Les organismes communautaires, qui sont les premiers témoins de la dégradation de la situation, doivent avoir davantage de moyens afin de répondre aux difficultés grandissantes de la population.

Malgré la croyance populaire, la pauvreté n’est pas un choix. Elle est plutôt attribuable à des difficultés qui sont indépendantes de la volonté des gens (ex : perte d’emploi, rupture familiale, endettement, faillite, etc.) et à la manière dont sont redistribuées les richesses. Cette activité aura aussi permis de contrer ces préjugés.

Les organismes communautaires travaillant avec la population vivant en contexte  de pauvreté et d’exclusion sociale constatent une dégradation de la situation. Ces dernières années, les demandes dans les ressources ont connues une hausse marquée et on observe un alourdissement des problématiques. Il est urgent d’offrir des réponses à la détérioration de la situation, et pour ce faire, il faut que la population et les décideurs se mobilisent sur cette question. Nous rappelons que plus de 10 500 personnes vivent toujours sous le seuil du faible revenu en Haute-Yamaska, ce qui représente plus de 12% de sa population. Cette proportion grimpe à plus de 16% à Waterloo et à Warden, à 24% dans le secteur du parc Horner et à 33% dans le secteur du centre-ville de Granby. 


Visitez toutes les activités du 17 octobre partout dans le monde:
http://refuserlamisere.org/search/node/granby


_________________________________________________


2) Cocktail de remise du Prix GASP et de la Mention spéciale

En 2006, le GASP a initié la remise de deux prix honorifiques, soit le prix GASP, pour souligner les actions d’un individu, et la Mention Spéciale pour relever les initiatives d’une collectivité. Ces prix veulent mettre en évidence les gestes posés pour lutter contre la pauvreté, que ce soit au plan économique, politique, communautaire ou autre.

Après la marche du 17 octobre 2012, le GASP tenait un  cocktail gratuit de remise de prix afin de mettre en lumière des gestes posés par des acteurs engagés dans la lutte à la pauvreté et à l'exclusion sociale.

Plus de 160 personnes étaient présentes pour connaître les lauréats du Prix GASP et de la mention spéciale et savourer le délicieux cocktail sans alcool avec bouchées préparé par les Cuisines Collectives de la Montérégie ainsi que par les membres du comité organisateur de l’activité. Le maire de Granby, M. Richard Goulet, le député provincial M. François Bonnardel, l’attachée politique du député fédéral M. Réjean Genest, Mme Nancy Whissel, ainsi que le maire de Saint-Joachim, M. René Beauregard ont été invités à monter sur la scène pour participer à la remise des prix.  La soirée était animée par Kim Verreault, membre du comité organisateur de l’activité du 17 octobre et intervenante à Justice alternative et médiation et par Nicolas Luppens, coordonnateur du GASP.

Devant la qualité des candidatures, deux personnes se sont retrouvées sur un pied d’égalité pour le prix GASP et se sont chacune mérité cette reconnaissance. Il s’agit de Mme Émilienne Duhamel et Mme Gisèle Leclerc. Mme Duhamel a été félicité pour son dévouement à la cause des jeunes, notamment en tant qu’administratrice bénévole à l’Auberge sous mon Toit, et ce depuis la naissance de la ressource. Elle a contribué à la mise sur pied de projets visant l’insertion des jeunes, tels que le Bazar de la fondation Gérard-Bossé, la Petite ferme de Roxton Falls, Écolo-vélo du cœur ainsi que des projets de déménagement ou revitalisation de maisons d’hébergement. Quand à elle, Mme Leclerc, impliquée depuis plus de 25 ans chez Entr’elles, s’est vu remettre le prix GASP pour son apport dans l’organisme, tant dans son approche qui a encourager beaucoup de femmes à prendre plus de pouvoir sur leurs vie en part participant activement aux activités et par sa connaissance des ressources auxquelles elle a servi de lien. Par sa recherche constante de connaissance et de moyens concrets, elle a contribué sans relâche à améliorer les conditions de vie des femmes en situation de pauvreté ou d’exclusion sociale.

La mention spéciale 2012 a été remise au collectif de bénévoles du Vestiaire du Partage Notre-Dame, dont la moyenne d’engagement des individus est de 4 ans. Le Collectif du Pavillon Gévry-Lussier, récipiendaire de la mention spéciale 2011, était présent pour leur remettre en main propre la mention spéciale pour une période d’un an. Ces personnes s’occupent d’une grande partie du travail nécessaire pour le fonctionnement du vestiaire, du triage des vêtements, au lavage, en passant par la mise à l’étalage des vêtements et par l’entretien de la ressource. Ce vestiaire a un impact direct pour les personnes appauvries parce qu’il donne accès à des vêtements à prix dérisoire. Les revenus tirés de leur travail des assurent 60% des revenus du Partage Notre-Dame.  Ces revenus sont nécessaires, entre autres pour acheter la nourriture nécessaire pour nourrir en moyenne 95 personnes démunies à chaque jour.

Nous aimerions remercier chaleureusement nos partenaires qui ont participé à l’organisation et à la promotion de ses activités, soit : Les Cuisines Collectives de la Montérégie le bureau du député M. François Bonnardel, Le Prohon, Eutektic, la Ville de Granby, Francine Charland de l’Atelier 19, la Laiterie Chagnon, Métro Plouffe, Bonne Bouffe, la Ville de Granby, le duo Led Motive,  Richard Bouffard et Luc Genest de Justice alternative et médiation. Nous tenons également à remercier le comité organisateur du cocktail du 17 octobre, les élus présents, les bénévoles impliqués ainsi que toutes les personnes présentes lors de l’activité.

Article sur le cocktail de remise de prix GASP et de la mention spéciale 2012 :
Le GASP honore des Granbyens engagés, dans Le Plus,  31 octobre 2012


Liens utiles en lien pour l'élimination de la pauvreté :

Lien vers le comité 17 octobre : http://www.gasph-y.net/edit/site/comites.php

En lien avec notre activité de sensibilisation du 17 octobre, vous pouvez lire les documents suivants :

Campagnes du Collectif pour un Québec sans pauvreté :

Six idées qui changent le monde :
-http://www.pauvrete.qc.ca/?Videos-des-conferences-et-de-l


«Un scandale qu'on ne peut ignorer» :
http://www.pauvrete.qc.ca/?-001-Un-SCANDALE-qu-on-ne-peut-plus


Beaucoup l'ignorent, mais au Québec, 750 000 personnes n'ont pas un revenu suffisant pour combler les besoins de base reconnus (nourriture, habillement, transport, logement, etc.).
En Haute-Yamaska, plus de 10 500 personnes vivent sous le seuil du faible revenu !
C'est une personne sur dix qui vit littéralement «dans le rouge», qui est maintenue en situation de survie. Pourtant le Québec est une société riche. Cette situation est un déni des droits les plus fondamentaux et insulte pour toutEs les tenants de la justice sociale.

Document «Un préjugé, c'est coller une étiquette», produit par Centraide : 
http://www.centraide-quebec.com/files/pdfs/document-reflexion-4-2011_2.pdf


Une page d’histoire sur le 17 octobre
La date du 17 octobre a été désignée en 1992, à l'Assemblée générale des Nations Unies, pour sensibiliser la population sur la nécessité d'agir afin d’éliminer la pauvreté. Elle est soulignée dans le monde entier, tant dans les pays développés que les pays en voie de développement. Pour plus d’informations, visitez le site internet d’échange et d’information sur les activités organisées le 17 octobre partout dans le monde :
http://refuserlamisere.org/oct17/2012/caRassemblement 

________________________________________________
 

La Nuit des sans-abri
 

La Nuit des sans-abri vise à sensibiliser la population à la situation de pauvreté, de désaffiliation sociale, d’itinérance et de détresse qui confronte de plus en plus de Québécoises et de Québécois. Depuis 1989, à chaque automne, plusieurs personnes passent la nuit dans la rue en signe de solidarité et par souci de démontrer concrètement les conditions précaires, souvent intenables, des gens qui s’y confrontent au quotidien. Ils sont des milliers au Québec à se retrouver face à cette situation. Vivre dans la rue n’est pas un choix.

Depuis 1997, l’événement se tient simultanément aux quatre coins du Québec. Cette année encore l’objectif consiste à recréer ce moment unique de solidarité et de sensibilisation pour tous ceux et celles qui exigent une place équitable au sein de notre communauté. Des gens d’une vingtaine de municipalités du Québec prennent la rue pour dénoncer la pauvreté et invitent la communauté à manifester sa solidarité envers les sans-abri.
 

Pourquoi une Nuit des sans-abri ?
 Parce que le nombre de personnes en situation d'itinérance (à savoir les personnes utilisatrices des services qui leurs sont dévolus) dans la région, ne cessent d’augmenter selon les statistiques de deux ressources à Granby : l’Auberge sous mon toit et le Passant ;

Parce que l’écart entre les riches et les pauvres ne cesse de s’accroître, selon Statistique Canada. En 2004, les 5% les plus riches gagnaient 25% des revenus totaux déclarés par les Canadiens cette année-là. En 1992, c’était 21% ;

Parce qu'une politique en itinérance telle que proposée par le Réseau de Solidarité itinérance du Québec est réclamée par les groupes communautaires œuvrant auprès des sans-abri.

 

 


La nuit des sans-abri
 


NUIT DES SANS-ABRI 2012

Une 9e édition de la Nuit des sans-abri
à Granby



Le Groupe Actions Solutions Pauvreté (GASP) est fier d’avoir accueilli plus de 300 personnes sur le site extérieur de l’Église Notre-Dame pour la 9e édition de la Nuit des sans-abri de Granby, le vendredi 19 octobre 2012 de 18h à 6h le lendemain. Le maire de Granby, M. Richard Goulet ainsi que le député de Granby, M. François Bonnardel étaient présents en début de soirée. La pluie n’a pas freiné la population à se rassembler et a permis aux personnes présentes de se mettre dans la peau des personnes sans le toit et de comprendre la dure réalité qu’elles vivent au jour le jour. Plusieurs sont restées toute la nuit pour manifester leur solidarité face à la aux conditions difficiles, voire intenables, vécues par les sans-abri au quotidien.

Cette soirée chaleureuse, ponctuée d’activités artistiques et d’animations, a comblé les petits comme les grands. Plusieurs artistes étaient présents pour mettre de l’ambiance : chansonniers, troupe de gumboots et troupe de percussions africaines. Une soupe populaire a été servie à plus de 50 personnes à minuit. Un déjeuner amarqué la fin de la vigile, à l’aube. Des boissons chaudes et des collations ont été offertes gratuitement tout au long de la soirée. L’activité s’est déroulée dans le calme, le partage et la créativité.

Cette vigile de solidarité, soulignée dans 27 villes de la province, nous fait prendre conscience que ce phénomène ne se limite pas seulement qu’aux grandes villes mais qu’il est également de plus en plus présent dans les régions comme la nôtre. 

Depuis déjà 23 années consécutives, la Nuit des sans-abri veut permettre le rapprochement entre la population, les décideurs politiques et les personnes en situation d’itinérance ou d’exclusion sociale. L’activité a mis en lumière la dégradation du phénomène dans notre région et au Québec et la difficulté, faute de financement, pour les ressources en  itinérance de répondre aux besoins croissants qui y sont liés (hébergement d’urgence, aide alimentaire, aide budgétaire, etc.).

De la thématique de l’accès aux services à une politique en itinérance

Le thème national des Nuits des sans-abri au Québec 2012 est l'accès aux services. Les services manquent énormément dans plusieurs régions et cette situation n’est pas étrangère à notre région. L’accessibilité à l’ensemble des services et leur tarification est inquiétante et c’est dans ce sens que la thématique de l’accès aux services est mise de l’avant cette année dans 27 villes du Québec. Nos ressources manquent cruellement de fonds pour assurer leur pérennité et ceci se concrétise trop souvent par des refus, faute de places disponibles, ou par une tarification des services qui exclue les personnes sans le sou. Une politique globale en itinérance est donc plus pertinente que jamais. Les organismes espèrent que la volonté maintes fois réitérée par les péquistes se concrétise enfin dans les mois à venir. Cette politique n’enraierait peut-être pas l’itinérance d’un seul coup mais cela encouragerait le gouvernement à se doter d’une vision d’ensemble de l’itinérance qui ferait l’objet d’une réelle priorisation. Cette démarche obligerait également une meilleure harmonisation entre les actions des ministères et s’accompagnerait de mesures structurantes, notamment en matière de logement, de revenu et d’accès aux services.

Des artistes engagés pour la cause

Entre 19h et 20h30, la population a pu apprécier un spectacle d’artistes de la relève, dont le duo Maelsröm (duo pop/rock québécois composé de Vincent Veilleux Sarah Allard), Amélie Di Foster (pop), finaliste de l’École de la chanson de Granby, et trois chanteuse de l’Atelier de la clé de Sy, soit Sylvie Guèvremont, Annie Léonard et Isabelle Côté. La troupe Les Mariniers a présenté une prestation de gumboots (chorégraphie rythmée avec des bottes de pluie) et de percussions africaines vers 20h30.  La troupe Jamfola accompagné de Daniel Veillette de l’Escale ont fait danser les participants avec leurs djembés. À plusieurs moments durant la soirée, il y a eu lecture de messages d’espoir et des échanges sur l’itinérance autour du feu. Les différents musiciens et chanteurs ont profité de la nuit pour échanger quelques notes entre eux.

Nous aimerions remercier chaleureusement nos partenaires qui ont permis de réaliser un tel succès : la Ville de Granby, la paroisse Notre-Dame, l’Atelier des Anges, le bureau du député provincial de M. Bonnardel et M. François St-Onge, le Service de Police de Granby, L’atelier de la clé de Sy, les Scouts de Granby, Le Prohon. Merci également aux artistes bénévoles : Maelström, Sylvie Guèvremont, Annie Léonard, Isabelle Côté, la troupe Les Mariniers, Amélie Di Foster, Percussions Jamfola et Daniel Veillette. Sans oublier les bénévoles et le comité organisateur composé de l’Auberge Sous mon toit, d’Entre’Elles, des Maison des jeunes de Granby et de Waterloo, du Passant, de Transition Pour Elles et du GASP.

La Nuit des sans abri est organisée par un comité du Groupe Actions Solutions Pauvreté (GASP) en collaboration avec la Ville de Granby et l’Église Notre-Dame. Le GASP est une table de concertation intersectorielle qui s’est donné comme mandat de mettre en commun les forces de tous les partenaires dans la recherche d’actions et de solutions concrètes aux problèmes de pauvreté vécus par plusieurs membres de notre communauté.


                                 
Membres du Comité Nuit des sans-abri 2012 :
• Karen Perron, Steve Bouthillier, Le Passant
• Annick Lamy, Travail de rue de Waterloo
• Sylvie Martin, Transition pour elles
• Alain Massé, Derek Tremblay, Auberge sous mon toit
• Josée Stébenne, Stéphanie Archambault, Entr’elles
• Sarah Tremblay, Travail de milieu de Granby
• Kim Verreault, Justice alternative et médiation
• Julie Rivet,  L’AZimut
• Nicolas Luppens, GASP

Pour plus d'informations :
Nicolas Luppens, coordonnateur du GAS
(450) 378-0990 ou gaspauvret@yahoo.ca

Cliquez sur les liens suivants pour visualiser l'affiche et les tracts :

Affiche de la Nuit des sans-abri à Granby 2012

Tract de la Nuit des sans-abri à Granby 2012


Articles parus sur la Nuit à Granby 2012 :

La Nuit des sans-abri prend de l'expansion, Le Devoir, 19 octobre 2012 p. A6


Nicolas Luppens, coordonnateur du GASP en ondes en direct sur la première chaîne de Radio-Canada à 11h30 à l'émission Pas de midi sans info, vendredi 19 octobre 2012. ALEER DIRECTEMENT À LA DEUXIÈME DEMI-HEURE, soit à 30 minutes 30 secondes.


9e nuit des sans-abri à Granby : Survivre à la rue, La Voix Est samedi 20 octobre 2012

300 personnes à la Nuit des sans-abri, Voix de l'Est, Rubrique En bref, 23 octobre 2012 p.2


Lettre d'espoir Prisonnier de son univers, lue de lors de la Nuit 2012.

Lien vers le site national des Nuits des sans-abri au Québec  :
http://www.nuitdessansabri.ca/fr/index.htm

Logo de la Nuit des sans-abri

Dépliant du comité national des Nuits des sans-abri 2012


Lien vers un vidéo de 10 minutes traitant de l'itinérance et de la pauvreté intitulé «Change for a dollar», très touchant :
http://www.flickspire.com/m/Share_This/changeforadollar?lsid=161f9da9b7692b6854ca64548e80ab61

Pour plus d'informations, consultez le site web national au :
www.nuitdessansabri.ca